Et si l’autonomie commençait dans l’assiette de nos petits ?

Pour le jeune enfant, l’autonomie n’est pas réservée au domaine de la motricité, mais concerne également l’alimentation : découvrir les aliments à son rythme et en faisant ses propres expériences peut être très riche pour un tout petit en plein développement.

DME final.001

Connaissez-vous la DME ou diversification menée par l’enfant ?

Il s’agit de respecter l’autonomie de l’enfant pour sa diversification alimentaire, ce qui ne peut passer par des éléments liquides ou en purée puisque le tout petit n’est pas prêt à s’alimenter à la cuillère.

On ne proposera donc pas de purée ou des soupe mais des aliments solides, entiers, sous forme de bâtonnets, en gros morceaux, cuits ou crus.

Il choisira donc dans son assiette ce qu’il va manger, dans l’ordre qu’il souhaite et de « comment » il va manger…. avec les doigts !

A quel moment lui proposer ?

C’est une question importante car le risque d’étouffement peut faire peur lorsqu’on est parent.

Un bébé risque moins de s’étouffer si on le laisse contrôler ce qui rentre dans sa bouche que lorsqu’on le nourrit à la cuillère, et ceci parce qu’un enfant n’est pas capable de déplacer les aliments de l’arrière de sa bouche vers sa gorge tant qu’il ne sait pas mâcher. Et un bébé ne saura mâcher que lorsqu’il aura appris à saisir les aliments et à les porter à sa bouche, bref à s’entraîner à manger.  De plus, les bébés ont un réflexe de régurgitation naturel jusqu’à leur 1 an environ.

Deux chercheurs qui se sont également penchés sur le sujet (Illingworth et Lister) ont conclu qu’un bébé:

  • commence à apprendre à mâcher après qu’il ait passé le stade d’attraper seul les aliments pour les porter à sa bouche ,
  • a globalement acquis cette capacité autour du sixième mois.

Il est important de garder en tête que cela est un apprentissage, comme se mouvoir ou marcher. Sans doute pendant quelques semaines votre bébé ne fera que ronger les aliments que vous lui proposerez ! Cela sera sa manière à lui de développer ses capacités à mastiquer, puis avaler.

Quelques conseils :

  • Pensez à protéger le sol et mettre un bavoir à manches dès le départ pour que votre enfant est une liberté totale.
  • Prenez le bébé sur vos genoux lorsque vous lui présentez des aliments, ou asseyez le bien droit. Cela permet à l’enfant qui ne peut pas encore ou bien ne veut pas avaler les aliments de les laisser tomber de sa bouche.
  • Proposer des assiettes variées : protéine, légumes, fruits… en morceaux de la taille de son poing pour que l’enfant les attrape facilement. Cuisson vapeur de préférence pour conserver le goût.
  • Restez proche de lui. Il ne doit pas rester sans surveillance.
  • Profitez des repas en famille, vous êtes son meilleur exemple !

Les avantages ?

En plus de l’apprentissage de la mastication, la DME éveille sa curiosité et développe tous ses sens, par le goût, le toucher, l’odeur.

Le bébé apprend aussi spontanément à mettre les aliments dans sa bouche, première étape avant de prendre la cuillère…

L’enfant sera donc capable de faire ses propres choix, déterminera plus vite quels sont ses goûts et appréciera la découverte !

Il aimera manger à table, en même temps que toute la famille et faire « comme les grands ».

Dans ces conditions, le risque est plus limité de voire poindre tensions ou même conflits, ceux que l’on vit à un moment ou un autre avec nos tous petits lorsque l’on veut qu’ils mangent et qu’ils prennent cette fameuse « dernière cuillère » à laquelle nous adultes on tient tant.

La DME s’est donc aussi un bon outil pour faire régner la sérénité pendant le repas (même si vous aurez du travail de nettoyage après) !

Alors on se lance ?

Dans un premier temps, si l’idée peut vous charmer, il est important de ne pas vous mettre la pression.  De plus, l’attitude de votre enfant et sa capacité à déglutir sont les seules choses qui peuvent décider si la DME est possible.

Les parents sont les mieux placés pour évaluer la maturité de la déglutition de leur bébé. Certains bébés vont pouvoir avaler des morceaux précocement à 6 mois et d’autres à 2 ans ne souhaiteront que du mixé.

Peu importe la méthode utilisée, diversification classique ou DME, ce qu’il faut pour avoir une diversification réussie c’est :

  • des parents à l’aise avec la méthode choisie,
  • un bébé qui porte un certain intérêt aux aliments,
  • un temps de repas qui est agréable pour toute la famille !

 

Pour en savoir plus vous pouvez aussi consulter :

  • la page du nutritionniste hollandais de référence, avec quelques vidéos spéciales DME pour ceux qui voudraient voir à quoi cela ressemble !
  • la formidable illustration du blog de bougribouillons qui résume comme d’habitude les plus longs discours,
  • et cet article pour avoir des idées de menu.
 Avez-vous déjà fait l’expérience? Comment s’est débrouillé votre enfant?

 

Géraldine
Naissanciel – Accompagnement à domicile des futurs et jeunes parents
Découvrez ce qu’on peut faire pour vous avant et après la naissance !

 

Crédits photo : http://www.diversificationalimentaire.com 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ-NOUS

Et nous vous répondrons au plus vite.

En cours d’envoi

©2017 Naissanciel

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?