Retour à la maison : comment se préserver ?

9638853_lAu retour de la maternité, nous sommes très nombreuses à ne penser qu’au bien être de notre tout petit que nous sentons fragile et dépendant de nous.

C’est même une tendance générale autour de nous. Alors que pendant 9 mois nous étions le centre du monde, depuis l’accouchement, le centre d’intérêt s’est déplacé…vers le bébé. Cela peut nous remplir de fierté mais aussi de désarroi. Nous venons d’accoucher tout de même ! Un effort physique digne des plus hautes performances sportives !

Je pense à moi et je ne sous-estime pas mes petits maux.

Moralité, pour s’occuper de soi on ne peut compter que sur soi… et sa sage-femme. Ne perdez pas de temps, repérez le numéro d’une sage-femme libérale près de chez vous. Avec un peu de chance vous en aurez même trouvé une avant l’accouchement. N’hésitez pas à  l’appeler pour qu’elle puisse répondre à vos questions concernant le bébé mais surtout concernant vos inconforts potentiels ou douleurs postnatales (constipation, tiraillement suite à l’épisiotomie, hémorroïdes, etc) .

Ne sous-estimez pas ces petits maux, car s’ils ne sont pas graves, c’est souvent dommage de garder des inconforts qui ne feront que s’ajouter aux journées et aux nuits déjà exigeantes. Souvent, lorsqu’on les soulage on se dit « tiens, ça fait du bien, pourquoi je ne l’ai pas fait avant ». Alors autant ne pas attendre.

Dès que bébé dort, j’en fait autant.

La règle suprême, que vous trouverez dans tous les bons livres sur la période postnatale, est de vous reposer dès que vous pouvez. Et cela ne veut pas dire dès que les invités seront partis, que le ménage sera fait et que vous aurez préparé le dîner. Non. Reposez-vous dès que votre bébé dort lui aussi. C’est difficile de résister à la tentation de profiter de ce moment de calme pour faire tout ce que vous n’avez pas le temps de faire lorsqu’il est éveillé.

Il y a des cultures traditionnelles où la jeune mère et son enfant restent allongés pendant les 40 premiers jours. Cela prend tout son sens lorsque l’on constate que dans nos sociétés modernes les jeunes mamans sont poussées à reprendre rapidement leur vie « normale », délaissant leur besoin de repos. Parfois même délaissant une certaine proximité physique avec leur nouveau-né, nécessaire à l’approfondissement des liens mère-enfant et, plus mécaniquement, à la mise en place de l’allaitement par exemple .

Profitez de cette période « à part » en vous offrant justement la possibilité de ne pas revenir tout de suite à votre rythme d’avant.   Même si pour l’instant vous avez des sentiments partagés, entre envie de cocooning et envie de reprendre du service dans le monde des adultes, écoutez-vous bien. Le congé maternité est court. Votre corps a besoin de repos. Votre bébé a besoin de vous et du papa.

En plus, en faisant des siestes avec bébé dans votre grand lit, vous vous épargner les séances épuisantes où on essaye veinement de l’endormir… et qu’il se réveille à la minute où on le dépose dans son couffin. Votre présence et votre odeur sont rassurantes. Profitez-en tous les deux (ou tous les 3 si papa ou le grand frère veulent se joindre à la sieste!)

Je ne regarde pas trop ma montre

S’occuper d’un tout petit prend du temps, voire TOUT notre temps. En être conscient peut nous épargner quelques frustrations. Alors, cela peut être pas mal de mettre l’horloge de côté, même si on est tentée de garder la trace des évènements de la journée (à l’image du tableau qu’on remplit à la maternité).

Si vous remplissez ce type de tableau (cela peut être important notamment en cas de perte de poids du bébé ou de difficultés d’allaitement), et si l’organisation de la journée vous semble complètement chaotique, rassurez vous, c’est tout à fait normal les premières semaines, voir les premiers mois. L’enfant met du temps à s’adapter à notre monde. Celui qu’il a connu pendant plusieurs était très différent : chaud, en mouvement, étroit et assez bruyant. Surtout, grâce au cordon ombilical, notre petit était nourri sans interruption. Il n’a jamais connu la sensation de faim, qui peut par conséquent être déroutante, voire très stressante, pour le nouveau né.

Gardez bien en tête que les premiers 100 jours constituent une phase d’adaptation mutuelle. Et cela sera d’autant plus facile pour vous, si vous laissez de côté la montre, pour essayer d’observer la manière dont votre bébé « fonctionne ». Petit à petit, vous serez en capacité de voir quels sont les rythmes qui s’installent et quels sont ceux que vous souhaitez encourager pour répondre à votre organisation personnelle (le besoin de dormir par exemple) et familiale (le besoin des aînés par exemple).

Répondre aux besoins du nouveau né ne veut pas dire mettre les siens de côté.

Je m’entoure de personnes attentives à ce que je vis

Il n’y a rien de pire pour des jeunes parents, déjà fatigués, de devoir en plus prendre soin d’invités exigeants et envahissants. Epargnez-vous des moments difficiles en prévenant vos amis et votre famille : les visites sont autorisées, histoire de se voir un peu quand même et de partager l’heureux évènement, mais ne s’éterniseront pas.

Il est même recommandé que la maman aille s’allonger même si les invités sont toujours là. Vous n’aurez certainement pas envie de faire la cuisine, alors si c’est le cas abusez de la gentillesse de vos proches ou de leurs talents culinaires en leur demandant de vous amener quelque chose. Vos amis les plus intimes ou votre famille pourra même faire la vaisselle en partant et vous serez aux anges.

Votre seule préoccupation doit être les soins de votre nouveau-né et votre propre bien-être. Ne culpabilisez pas, tout le monde est passé par là.  Vos proches doivent comprendre cela!

Je demande de l’aide, sans culpabiliser.

Se sentir fatiguée et débordée n’a rien d’anormal. Ce qui ne serait pas normal ce serait de rester seul(e) face à vos difficultés. Partager et constater que d’autres parents vivent les mêmes problématiques constitue souvent un grand soulagement.

Prenez-soin de vous.

Anne
Naissanciel – Accompagnement à domicile des futurs et jeunes parents
Découvrez ce qu’on peut faire pour vous avant et après la naissance !

Crédits photo : 123rf/Arve Bettum

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ-NOUS

Et nous vous répondrons au plus vite.

En cours d’envoi

©2018 Naissanciel

Plan de site

Contact

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?